Découvrez la newsletter d'Atmo BFC sur la qualité de l'air en Bourgogne-Franche-Comté.
 
Voir la version en ligne
 
 
atmosfair
 
N°31 - Avril 2020
 
 
Confinement : Quel impact sur la qualité de l'air en BFC ?
 
Depuis le 17 mars le Gouvernement français a mis en place une mesure inédite de confinement de la population. Du fait du fort ralentissement des activités économiques et de transport, cette mesure a-t-elle des conséquences sur la qualité de l’air ?
 
Une évolution hétérogène suivant les polluants
La modification des activités économiques et le confinement ont entrainé une baisse accrue des émissions de polluants atmosphériques. En BFC, la réduction du trafic automobile est estimée à plus de 70%. Bien que les émissions de polluants soient un élément essentiel dans la pollution mesurée par les stations de surveillance, de nombreux autres paramètres jouent un rôle. La météo par exemple, qui a un impact déterminant sur les concentrations des polluants, en agissant sur leur dispersion et sur leurs transformations chimiques.
 
  • Les oxydes d'azote (NOx) subissent la plus forte chute des concentrations. Les NOx sont très majoritairement émis par le trafic automobile. La réduction de circulation a entrainé une baisse quasiment instantanée des niveaux. Entre les semaines précédant et suivant le confinement (9-15 et 23-29 mars), elle est très visible par nos stations de proximité trafic (-40% en moyenne), et également constatée sur les stations urbaines (-30% en moyenne).
 
  • Les particules fines (PM10) enregistrent une évolution bien plus complexe. En effet, leurs sources sont réparties entre l'agriculture, le résidentiel (chauffage), le trafic et l'industrie. Depuis le 17 mars, les concentrations moyennes n'ont pas montré de baisse significative. Cela du fait des conditions météo anticycloniques et de la poursuite des activités de chauffage et agricoles. Le samedi 28 mars, les concentrations en particules ont même frôlé l'épisode de pollution. Nul doute qu'il aurait été constaté avec un trafic automobile "normal".
 
  • L'ozone (O3) est un polluant secondaire, il n'est pas émis directement dans l'atmosphère mais se crée à partir d'autres polluants sous l'influence du rayonnement photochimique solaire. Les conditions météorologiques chaudes et ensoleillées de ces dernières semaines ont favorisé la production d'ozone, les concentrations présentent une tendance à la hausse sur la quasi-totalité de la région.
 
Les données mesurées par nos stations sont accessibles en temps réel sur notre site internet. Des bilans sur les évolutions de ces polluants seront également disponibles.
 
 
Ne pas négliger son air intérieur
#ResterChezSoi est la meilleure des choses à faire pour limiter les risques de contamination au Covid-19. Pourtant, rester confiné à la maison ne signifie pas laisser les fenêtres fermées. En effet, l’environnement intérieur présente une diversité de situations de pollutions. De nombreux agents chimiques, biologiques ou physiques, en lien avec la nature des matériaux de construction, l’environnement extérieur ou encore les activités des occupants émettent des composés néfastes. Des gestes simples peuvent favoriser une bonne qualité de l'air intérieur :
       - Aérer toutes les pièces de son logement au moins 1 fois par jour.
       - Entretenir son système de ventilation
       - Identifier et agir sur les sources de pollution
 
Suivez les données en direct
 
Première alerte pollinique
 
Le pic saisonnier de pollinisation des arbres est bien là. Avec un soleil  généreux les fortes concentrations de
pollens de bouleau, l’un des plus allergisants, seront favorisées dans les prochains jours.
 
Abonnement au bulletin
Apprendre en s'amusant
 
Coloriages, découpages, expériences, vidéos, jeux... L'espace scolaire d'Atmo BFC s'enrichit pour occuper petits et grands pendant le confinement.
 
Espace scolaire
Dossier spécial air intérieur
 
En période de confinement, il est important de redoubler de vigilance sur la bonne qualité de l'air intérieur de nos logements.
 
Dossier spécial
 
 
% sur les niveaux en NO2
C'est la baisse moyenne des concentrations en dioxyde d'azote (NO2) enregistrées sur les 4 stations de proximité trafic de l'agglomération dijonnaise entre la semaine précédant le confinement (9-15 mars) et celle suivant le confinement (23-29 mars).
Calcul effectué sur les concentrations seules, ne tient pas compte de la météorologie.
 
  
L'actu des jeudis !
 
Chaque semaine de nouveaux sujets du quotidien ou plus généralistes sont abordés. Vous avez des idées de sujet que vous aimeriez voir traités ? Envoyez les nous ici :)
 
Toutes les actus
-
 
 
 
 
en savoir +
 
 
Cet email a été envoyé à d.bordur@orange.fr.
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur la liste de diffusion d'ATMO BFC
 
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© 2019 Atmo Bourgogne-Franche-Comté